Qui est Matthew Lane?

Vous allez découvrir sur le site de la Confrérie des Artisans de Confiance (CAC) de nombreux articles de Matthew Lane. Architecte à succès, installé en France depuis une dizaine d’années, il a souhaité participer à l’émergence du Label Qualité de la Confrérie des artisans de confiance (CAC) et ainsi nous faire partager ses découvertes, ses coups de coeur et son opinion d’artiste sur le travail des artisans français de qualité. Matthew Lane, un artiste engagé.

Matthew lane, enfant d’artiste

Né en 1949 à Santa Monica, Matthew Robert Lane, a toujours été passionné par l’art en général et les artistes qui arrivaient à donner naissance à des oeuvres originales. Convaincu que l’art et l’artisanat d’art permettent de laisser des témoignages de son passage sur Terre, il s’est essayé très jeune à la sculpture. Son père, Robert John Lane vivait modestement de la peinture et sa maman travaillait dans une galerie d’art du quartier de Pasadena à Los Angeles.

Matthew Lane: une passion la sculpture, une révélation l’architecture

Baigné très jeune dans l’univers artistique, il rêvait d’en faire son métier. Mais conscient de son manque de talent dans la sculpture, il a très vite abandonné pour se tourner vers des études d’architecte. Et là, se fut la révélation immédiate. Très bon dessinateur, très sensible et original, il arrivait à proposer des ouvrages modernes, à mi-chemin entre le contemporain et le conceptuel. Plus tard, il fut rapidement connu et réputé pour donner aux clients ce dont ils rêvaient sans jamais encore l’avoir réellement imaginé.

Matthew Lane: artiste authentique et discret

Matthew Lane aimait surprendre et son exigence a très vite payé. Assez dur avec les artisans qu’il choisissait pour faire naître ses créations, il n’en était pas moins convivial et reconnaissant une fois le chantier teminé. Il a toujours reconnu et admiré le travail bien fait. C’est pourquoi ses équipes ont toujours été payées plus que la moyenne de l’époque. Son caractère parfois autoritaire ou taciturne lui venait d’un besoin fort de rester concentré sur son œuvre, tant que celle-ci n’était pas peaufinée comme il s’était plus à l’imaginer. Architecte à succès dans les années 80 et 90, il a beaucoup travaillé en Californie, mais aussi à Mexico et Caracas, où il a signé de nombreuses créations remarquables.

Matthew Lane, un architecte à part

Les architectes en vogue de l’époque lui ont rapidement ouvert les portes de ce « clan » très fermé des architectes à succès. Mais de nature discrète, Matthew Lane n’a jamais voulu se voir classé prétentieusement dans cette caste. Il avait à cœur de conserver sa simplicité et ne souhaitait pas perdre de vue l’essence même de ses valeurs et le pourquoi de ses œuvres.
«  Une œuvre est très personnelle, nous dit Matthew Lane, et doit répondre à des envies communes du client et de l’architecte ».
Certains architectes ont parfois accepté de trahir leur style ou leurs envies, Matthew Lane jamais.
« On ne sait jamais de quoi demain sera fait. Les clients peuvent nous adorer le lundi et ne plus vouloir de notre style le mardi si un nouveau venu renverse les codes. J’ai pris le risque. Je n’étais pas là pour copier une de mes oeuvres précédentes pour faire plaisir au voisin. Je donnais ce que l’on attendait de moi: de l’originalité et de l’authenticité. Chacune de mes créations était unique et à chaque réalisation, j’avais besoin de me recentrer sur mes prochaines envies. »

Matthew Lane : une carrière florissante

J’aurais pu voir tout cela s’arrêter très vite, mais les gens aimait mon style et ce fut là ma grande chance. J’ai pu vivre de ma passion toute ma vie et ce très confortablement. Je laisse derrière moi des œuvres qui j’espère me survivront des centaines d’années. Peu importe que l’on connaisse mon nom, ce qui compte c’est que les passants remarquent mes créations. Qu’ils les aiment ou qu’ils les critiquent, c’est là même le principe de ce que j’ai essayé de faire toute ma vie: de l’art. Je n’ai pas vécu à une époque où tout ce que l’on réalisait on le sur-médiatisait. Mon nom est connu à Los Angeles et en Amérique Latine, mais ici, en France, on me prend pour un retraité paisible, complètement anonyme. »

Matthew Lane ou la quête du plaisir chez ses clients

Faire flamber les prix suite à la réalisation de telle ou telle œuvre remarquable, très peu pour lui. La reconnaissance de ses clients : oui, les réceptions de l’époque en grande pompe dans le milieu de l’architecture : non, cela le mettait mal à l’aise.

Des tarifs exorbitants représentaient la même chose pour lui. Faire appel aux services de Matthew Lane revenait certes à cher, mais jamais ses tarifs n’ont été disproportionnés. « J’aurais trahi mes valeurs en faisant des mes créations des œuvres hors de prix et inatteignables par le commun des mortels. Je suis issui de la classe moyenne américaine et je trouvais important de ne pas l’oublier ».

Matthew Lane, amoureux de la France

Après une carrière florissante, il s’est retiré dans le havre de paix qu’il s’était bâti à Mexico avec son épouse et ses trois enfants, quand il cherchait à fuir les week end du gratin artistique californien. Puis, il eut un coup de cœur pour la France. En 2002, il choisit de s’installer près de Bordeaux pour y vivre paisiblement . Il profite ainsi d’une retraite tournée vers le plaisir de la création et des visites culturelles. Les châteaux, les musées français et surtout sa grande passion: les voyages.

Découvrir ce qui a plu à Matthew Lane dans le concept de la CAC

« A la fois né de l’idée d’un artisan et porté par des personnes foncièrement investies dans une action plus globale que la mise en avant d’artisans talentueux, le Label de la CAC ne peut que devenir une référence selon moi », nous a joliment dit Matthew Lane. « Les artisans de part les charges qui pèsent sur eux en France se concentrent sur leur quotidien, puisque c’est ce qui les fait vivre. Malheureusement, trop peu d’entre eux ont compris que la qualité de travail n’était pas le seul élément sur lequel se concentrer. Ce que je veux dire c’est que des entreprises « artisanales » ont parfois du mal à savoir comment se mettre en avant, se développer, comment se faire connaître et garder ses clients avec les codes et méthodes actuelles. Passer à côté de ceci peut leur faire perdre du temps, de l’argent et des parts de marché ».

La Confrérie des Artisans de Confiance (CAC), en faisant sortir du lot les très bons artisans, toutes spécialités confondues, va permettre aux très bons artisans d’officialiser la qualité de leur travail, la reconnaissance de leur réputation et de la satisfaction de leurs clients. S’ils mettent bien en avant cette distinction rare, c’est un atout considérable pour eux dans leur quotidien. Si j’exerçais encore, je choisirais des artisans labellisés pour montrer à mes clients que je ne suis pas le seul à dire que les artisans que je fais intervenir sont vraiment bons, la CAC l’a officialisé.

Découvrez l’amour de Matthew Lane pour l’artisanat

La confrérie des artisans de confiance Articles et pages liées:

Les coups de coeur de la CAC

Ce qui a plu à Matthew Lane dans le concept de la CAC

3 idées déco inspirées d’architectes à Singapour

Découvrir de très bons artisans